L’Euskal Etxe de Montréal a présenté un spectacle pour le moins étonnant le 7 mars dernier à Montréal. Un spectacle novateur, intéressant et émouvant et surtout dʼune grande qualité. Zortzi est le fruit dʼune collaboration entre Adélaïde Daraspe, présidente de lʼEuskal Etxe et Christophe Pavia, artiste hendayais, dresseur de cheveux.
Leur objectif a été de présenter le carnaval basque dʼune vision novatrice et contemporaine.

En une heure de spectacle, le public du prestigieux théâtre Rialto de Montréal a pu découvrir la tradition carnavalesque basque. Après une petite projection vidéo de quelques minutes, Manolo Alcayaga, ce joaldun qui a traversé lʼatlantique pour soutenir et encourager ce projet, a déambulé dans cette belle salle pleine de vitraux et dorures. Le contraste était magnifique !
Puis, Christophe a dévoilé les sept coiffes spécialement crées pour ce projet ainsi que celle que Bernadette Leizagogyen, joaldun du groupe Kilimon de Saint Palais a confectionné pour compléter cette collection.
Ce défilé-spectacle, animé par trois musiciens talentueux du groupe Boléro (une violoniste, une violoncelliste et un guitariste) a permis de mettre en scène et de faire participer les membres de lʼEuskal Etxe. A la fin de la représentation, les membres de lʼeuskal etxe ont dansé un carnaval de Lantz. Puis, très simplement, Adélaïde Daraspe, Christophe Pavia et Manolo Alcayaga ont répondu aux questions du public et expliqué le projet et la démarche. Un souvenir mémorable qui a surpris et beaucoup plu a tous les membres et au public présent.

Le projet zortzi en Amérique du Nord sʼest prolongé à New York. Le 9 mars, Adélaïde Daraspe avait été invitée par lʼEuskal Etxe de New York pour présenter une conférence sur les Basques du Québec et du Canada. Suite à cette conférence, elle a parlé et présenté le projet zortzi. Dans lʼenceinte de leur association, Manolo a montré la technique de lʼhabillage du joaldun puis Christophe Pavia a coiffé Adélaïde Daraspe devant le nombreux public avant de présenter les coiffes portées par quatre jeunes filles de la diaspora basque de New York.

Ce projet a été possible grace à lʼInstitut Culturel Basque. Un grand merci pour leur soutien et leur collaboration.